Changer la taille des caractères :   agrandir agrandir diminuer
Accueil Contact Imprimer Favoris Marchés publics
 

Aternatives au désherbage chimique

 

 
 

 
 

 
 
En 1998, les Préfectures des quatre Départements bretons ont signé un arrêté réglementant l’usage du diuron, suite à des contaminations importantes. Mais le report d’utilisation sur d’autres molécules, montre les limites d’une politique de substitution. En effet, les Traitements phytosanitaires à proximité des points d’eau ou fossés peuvent porter atteinte à la qualité de l’eau destinée à la consommation humaine et peuvent menacer ou détruire la faune ou la flore aquatique.

Il faut savoir que ceci est strictement interdit par le Code de l’Environnement (ArtL216-6) et depuis le 4 avril 2005 par un Arrêté Préfectoral.

En effet, cet Arrêté stipule désormais, que l’application de tout pesticide (désherbant…) à moins d’un mètre des points d’eau, cours d’eau, canaux et fossés (même à sec), est formellement interdite. De même, aucune application ne doit être réalisée sur caniveaux, avaloirs et bouches d’égout. De ce fait, de nombreuses techniques et pratiques de désherbage chimique, auparavant admises sont aujourd’hui interdites sous peine de poursuites.

L’heure est désormais à favoriser les techniques alternatives au désherbage chimique.

Dans ce contexte, la Communauté de Communes a engagé en partenariat avec les communes du canton, une réflexion visant à mettre en œuvre un entretien durable et respectueux de l’environnement, des espaces communaux.

Ainsi, entre 2006 et 2009, certaines communes du territoire (La Boussac, Sains et Trans la Forêt) se sont équipées de nouvelles techniques de désherbage.

Leurs choix se sont portés sur le désherbage thermique et le désherbage mécanique.

Le remplacement des traitements chimiques par ces nouvelles techniques se fait d’une manière progressive mais devrait aboutir à un objectif de « zéro pesticide » sur les zones à risque fort (proximité des points d’eau ou des fossés et caniveaux).

Un travail pour l’élaboration d’un plan de désherbage est en cours de réalisation, dans chacune des communes. Ces plans de désherbage permettront d’identifier, de mesurer et de classer les zones à désherber selon le risque de ruissellement et de pollution des eaux, afin d’adapter les méthodes d’entretien en conséquence.